Alain Prost: Le professeur

Publié le par BFr

Il voulait être footballeur, mais son frère lui a transmis la passion du sport automobile. On ne sait pas s'il aurait fait une grande carrière dans le milieu du foot mais la F1 aurait perdu à ne pas compter dans ses rangs ce champion d'exception.


Biographie

Alain Prost est né le 24 février 1955 à Lorette dans la Loire (France). Il est le fils d'André Prost et de Marie-Rose Karathian. C'est à 14 ans qu'il découvre le karting, cette découverte sera le début d'une grande carrière....

Des débuts prometteurs.

Alain Prost s'installe pour la première fois derrière un volant à 14 ans. Il est en vacance aux Antibes avec sa famille. Il gagne la première course à laquelle il participe. Cet évènement constitue un élément déclencheur pour le jeune homme. Mais ses parents s'opposeront à ce qu'il fasse du kart en compétition. Mais Alain est tenace, et à 16 ans il s'achète lui même son premier kart, d'occasion. Un an plus tard il s'achète un kart tout neuf. Ensuite les résultats s'enchainent.

Prost est champion du monde d'Europe juniors de Karting en 1972. Deux ans plus tard il remporte le titre de champion de France. Lauréat du Volant Elf en 76, il dominera ensuite la Formule Renault et la Formule 3.

Les portes de la F1

Avec de tels résultats il ne faut pas longtemps pour que les patrons de la F1 s'intéressent à ce jeune Français. Alain Prost effectue ses premiers pas en F1 en 1979 sur une Mclaren, excusez du peu. Il s'agit d'un test comparatif avec Kevin Cogan. Prost impressionne Teddy Mayer en tournant dans les mêmes temps que John Watson. Il n'en faut pas plus pour que Mayer l'engage dés 80. Encore une fois Prost frappe fort, dés sa première saison il s'affirme comme l'un des pilotes les plus prometteurs de sa génération. Mais la Mclaren n'est pas au niveau des autres voitures du plateau et Alain ne peut pas se battre avec les meilleurs. En 1981, Prost rejoint Renault.

Association franco-française

La saison 81 ne commence pas sur des chapeaux de roue. Il faut attendre la mi-championnat pour que Prost puisse enfin briller à son volant. Il signe sa première victoire sur le circuit de Dijon. Deux autres victoires suivront cette année là, en Hollande et en Italie.

En 82, Alain Prost entame la saison en trombe avec notamment une victoire à l'occasion de GP d'Afrique du Sud. Mais la suite de la saison ne sera pas du même acabit. Les pannes se succèdent et Prost lui-même commet des erreurs: comme à Monaco ou il sort bêtement tout seul a quelques tours de l'arrivée alors qu'il est en tête de la course. Ses relations avec son équipiers Arnoux sont également tendues ce qui n'arrange rien. Au Ricard, Arnoux refuse de laisser passer Prost mieux placé pour briguer le titre de champion du monde. Gerard Larousse (directeur sportif de Renault) ne défendra pas Prost, qui exprimera son mécontentement et se mettra une bonne partie de l'opinion publique à dos.

En 1983, Arnoux est partit et Prost se sent enfin libre au sein de son écurie. Le titre semble à portée de main mais en fin de saison Prost ne peut rien faire pour empêcher le retour de Piquet et de sa Brabham BMW. Prost perd le titre parce que Renault s'est reposée sur ses lauriers tandis que Brabham mettait les bouchées doubles pour revenir sur l'écurie française. A la suite de cet échec, Larousse limoge son pilote: un comble!

Alain retourne chez Mclaren, qui a changé d'équipe dirigeante. Ron Dennis a restructuré l'équipe avec l'appui du groupe Tag-Heuer. Il y fera équipe avec Niki Lauda.

Le succès avec Mclaren

En 84 Prost est globalement dominé par Lauda qui remporte le titre en fin de saison mais il n'en a cure, l'avenir lui appartient.


En 1985, il prend le dessus sur son équipier Rosberg et décroche enfin le sacre suprême en fin de saison.


En 86, Prost domine encore, même si cette fois la concurrence est plus féroce. Les pilotes Williams de Mansell et Piquet lui dispute le titre jusqu'à Adélaïde ou Prost remporte le titre alors qu'il était le plus mal placé au championnat avec 9 points de retard, çà ne vous rappel rien? En début de course il croit voir le titre lui échapper à cause d’une crevaison qui l'oblige à faire un passage imprévu par les stands. Il effectue alors une remontée d'anthologie pour se placer en deuxième position derrière Mansell. L'anglais est alors virtuellement champion du monde. Mais en F1 tout est possible jusqu'au drapeau à damiers. Mansell connait à son tour un problème de pneumatique et doit abandonner. Par sécurité Williams fait rentrer Piquet. Prost remporte la course et le titre de champion du monde.

La saison 87 ne sera pas du même acabit. L'association entre Mclaren et Porche s'essouffle peu à peu. Alain Prost ne remporte qu'une course, au Portugal, sa 28ème. Il bat le record de Jackie Stewart établit en 1973. Il en signera 50 au total de sa carrière.

Même s'il ne remporte pas le titre cette année là, le Professeur reste pour beaucoup le meilleur de sa génération.

Prost-Senna: le combat des chefs

Pour la saison 88, Mclaren change de motoriste. Exit Porche, place maintenant à Honda. Ce n'est pas là la seule nouveauté. Mclaren accueille aussi un nouveau pilote, un jeune aux dents longues: Ayrton Senna!

C'est le début d'une incroyable rivalité qui va durer jusqu'a la retraite du Français. Tout semble opposer les deux hommes: Prost, le professeur: froid, calculateur et Senna, le mystique, l'impulsif.

Senna remporte le titre 88 mais Prost prend sa revenge l'année suivante. A Imola Senna ne respecte pas un pacte de non agression. La rivalité entre les deux pilotes prend alors une autre dimension. Elle ne se limite plus à la piste mais s'étale dans les médias. A Suzuka, les deux hommes s'accrochent et le titre est attribué au Français.

En 1990 Prost prend la direction de la mythique scuderia Ferrari.

Les années Ferrari: une longue galère

Même s'ils ne sont plus dans la même équipe, Prost et Senna se disputent encore le titre. A Suzuka, Senna met Prost dehors et conquiert le titre, le brésilien vient de se venger de l'accrochage de l'année précédente Prost est amère.

La saison 91 se présente sous les meilleurs auspices. Mais le début de saison sera catastrophique. L'ambiance au sein de la scuderia est des plus mauvaises. Le directeur sportif Cesare Fiorio est limogé. Prost subira le même sort en fin de saison.

Il prend une année sabbatique en 1992 avant de revenir en 1993 chez Williams-Renault, une façon de boucler la boucle.

Williams-Renault:un retour victorieux

En 1993, Prost est donc de retour en F1 au volant d'une Williams à moteur Renault. La Williams est la plus forte et Prost remporte un quatrième et dernier titre de champion du monde en fin de saison. Mais à la fin de la saison il préfère prendre sa retraite de pilote.


Publié dans Les pilotes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article